Savoigne Biffêche (Sénégal)

Comité de Jumelage et de Coopération La Ferté-Macé / Savoigne et les villages associés

Depuis  1988, la ville de la Ferté-Macé est jumelée avec 15 villages du nord du Sénégal, dont le village de Savoigne Biffèche.

Une histoire d’Hommes :

Durant les années 70, les idées « tiers mondistes » mobilisent en faveur des populations du sud. Sous l’impulsion de Louis Heuveline, un comité Tiers Monde voit le jour à La Ferté-Macé en 1974 et œuvre en direction de nombreux pays via le réseau chrétien (prêtre, sœurs,…). Suite à une coopération de Guy Féron au Sénégal, et sa rencontre avec Pierre Faye, chef du village de Savoigne Biffèche, l’action du comité s’oriente vers ce pays :

  • En 1985 le comité devient comité de Jumelage-Coopération.
  • Le 13 juillet 1988, une charte de jumelage lie la ville de la Ferté-Macé, 15 villages sénégalais (et la communauté rurale de Ross Béthio qui les administre) et les 2 comités fertois et de Savoigne (qui en sont les opérateurs).
  • Enfin le 4 juin 2007, le comité fertois passe convention avec la mairie de la Ferté-Macé pour inscrire cette relation dans le cadre de la coopération décentralisée (http://www.cites-unies-france.org).

Un large spectre d’action :

Sous l’impulsion des comités de Savoigne (dont leurs présidents Pierre Faye puis Ousmane Fall) et de la Ferté-Macé (présidé par Guy Féron puis Michel Véron), de nombreuses actions ont été menées :

  • Santé : dons de médicaments, réfection et électrification du dispensaire, envoi d’une ambulance…
  • Education : envoi et achat de fournitures, de livres scolaires, réfection de classes…
  • Equipement : électrification du village centre de Savoigne, matériel pour le transport d’eau, aménagement de 3 périmètres rizicoles de 30 ha, équipement de groupement de producteur en matériel d’irrigation, …
  • Appui aux groupements féminins : appui à l’élevage ovin, achat d’un moulin à mil.

Depuis 2008, l’apport d’un capital de 4 000€ soutient une activité de micro crédit. Une 2ème tranche du même montant est prévue pour cette année  2010. A la Ferté-Macé, le comité vulgarise les idées de coopération via la projection de films, des débats,… Il a notamment participé, en 2009, à l’effort de l’association bas normande« Les Afrikales » dans la promotion des cultures du continent africain via son festival. Le comité s’est alors associé à l’OFCL et au centre de loisirs de la ville pour la projection d’un film malien et la venue du conteur Carlos Ouédraogo.

Projets et Perspectives :

La mise en œuvre des projets en direction des habitants des 15 villages partenaires aspire à se faire en étroite collaboration avec la communauté Rurale de Diama, et ce grâce à une future convention. Le partenariat s’enrichira :

  • De la compétence des élus locaux,
  • De la possibilité de cofinancements (locaux et d’organisations bailleurs),
  • De l’ouverture à de nouveaux acteurs : services municipaux, structures de formation, de santé, …

Les échanges entre les deux partenaires, permanents depuis le début de leur coopération, s’ouvrent  cette année au secteur de la formation. C’est ainsi qu’une stagiaire BTS du CFTA de la Ferté Macé doit effectuer un stage dans la zone de Savoigne. Gageons qu’elle ouvrira la piste à d’autres, curieux de s’immerger dans un quotidien différent des leurs.

Zoom sur les 15 villages jumelés :

Un point sur l’administration sénégalaise : Le village n’est pas une collectivité, son chef n’est pas élu, mais il est désigné par les notables. Le village ne collecte pas d’impôt.  Le 1er échelon administratif est la communauté rurale, avec son village centre, Diama. Elle est administrée par le Conseil rural élu pour 5ans (les dernières élections ont eut lieu en 2009) et elle collecte l’impôt.

La Communauté Rurale de Diama regroupe 64 villages dont les 15 villages jumelés avec La Ferté-Macé. Elle est peuplée d’environ 26 000 habitants dont environ 8 000 pour les 15 villages associés :

  • Assitoye (1 176 habitants)
  • Ndelle (1 397 habitants)
  • Biffeche (486 habitants)
  • Ndiole Maure (644 habitants)
  • Baridam (667 habitants)
  • Ndiol Peulh (242 habitants)
  • Bisette I (421 habitants)
  • Peulh Dioss (190 habitants),
  • Bissette Ii (221 habitants)
  • Savoigne Pionniers (887 habitants)
  • Mbeurbeuf (251 habitants)
  • Savoigne Peulh (244 habitants)
  • Mboltogne (486 habitants)
  • Treich Peulh (354 habitants)
  • Ndiol Keur Biressi (50 Habitants)

L’environnement des 15 villages :

Cependant, il existe de grands aménagements (appelés périmètres SAED) initiés par l’Etat et les bailleurs internationaux, datant de quelques années aux années 1970-80  et qui sont gérés collectivement par les producteurs. L’économie de ces villages tourne donc autour de ces activités agricoles. Deux grosses agro industries sont situées dans la zone : la SOCAS, qui produit et commercialise du concentré de tomate, et les Grands Domaines du Sénégal qui produisent et exportent vers les marchés européens des légumes en hors saison (haricots, tomates,…). Ce sont deux gros employeurs de main d’œuvre locale.

Ils sont situés dans le Delta du fleuve Sénégal, dans le nord sahélien du pays (précipitation <400mm/an). C’est cependant une zone bien irriguée par les différents bras du fleuve.
Le climat de la zone est marqué par une longue saison sèche (octobre  à juillet) et 2 mois de saison des pluies(août-septembre). Deux types de terre sont présents : les dunes de sable rouge du « Diéri » (parties hautes du relief) et les terres argileuses du « Walo »(parties basses). Seules les terres à proximité des cours d’eau et plutôt argileuses font l’objet de cultures, les autres ne pouvant être valorisées par les faibles pluies annuelles. Ces dernières sont utilisées par les éleveurs pour le bétail (vaches, moutons, chèvres). Les cultures irriguées sont le riz et le maraîchage. Elles nécessitent l’aménagement des terres pour permettre une irrigation par gravité (de type canaux) et l’utilisation de pompes de grosses cylindrées. Ceci est un point faible car le coût de ces aménagements est de l‘ordre de 850€/ha tout compris.